Masquer le menu

6 novembre 2015

Aménagement & patrimoine

Pavillon de type Métropole : une réhabilitation sur les traces de Jean Prouvé

Partager :

S'abonner au flux RSS :

Manufacture, gendarmerie, école… Certains logements appartenant à Vilogia ont eu plusieurs vies. Découvrez LE patrimoine remarquable et méconnu de Vilogia !

Dessine-moi un pavillon …

Logement social pendant plus de 60 ans, le Pavillon Métropole est né du regard visionnaire de l’architecte Jean Prouvé,  un  maître de l’habitat industriel. Implanté à Tourcoing dans la zone dite expérimentale du quartier « Fin de la Guerre », le Pavillon incarne les efforts de recherche et de développement mis en œuvre pour reconstruire le pays au milieu du XXe siècle.

Ce prototype expérimental d’après-guerre devait servir de modèle pour la réalisation de logements préfabriqués. Ils devaient permettre au plus grand nombre d’accéder à un logement de qualité. Une véritable incarnation de la mission de l’habitat social.

L’industrialisation en question : construire en série

À l’issue de la seconde guerre mondiale, la France compte près de 1.4 millions d’habitations détruites et un nombre incalculable de logements insalubres. Face à l’urgence, le ministère de la Reconstruction Urbaine favorise et encourage la construction de logements neufs et comportant tout le confort moderne.

De son côté, l’industrie sidérurgique apporte de nouvelles solutions pour la construction. Avec l’architecte-écrivain Michel Bataille, Jean Prouvé crée une société « les Ateliers Jean Prouvé ». L’objectif est alors de parvenir à produire des maisons industrialisées en grande série pour répondre aux contraintes économiques de la reconstruction.

premignonIl faut se replacer dans le contexte : ce sont les années 50 et la  population  tente  de  se  relever  des  ravages  de  la  guerre. Par ailleurs, le processus d’industrialisation entamé dès la fin du XIXe, a jeté des milliers de gens aux portes des villes. Il faut reconstruire des logements massivement. Et vite. C’est une cause nationale.  Parmi  les  solutions  envisagées,  celles  de  Jean  Prouvé.  Fort  de  sa  positivité,  il invente un pavillon livré en kit qui s’il n’est pas forcément pérenne – ce n’est pas la problématique du moment – répond au besoin d’urgence et permet d’envisager une production  en  série.  Une démarche pionnière !
Cette aventure technique et humaine nous redonne un nouveau souffle alors que la crise du logement sévit pour la seconde fois et prouve que, dans une situation dramatique, la positivité valide la pertinence de l’innovation.

Philippe Rémignon, Directeur Général de Vilogia

Un projet expérimental des années 50 : le système constructif du type « Métropole »

En 1952, deux maisons sont dessinées par le constructeur Jean Prouvé et construites à titre expérimental à Tourcoing au sortir de la deuxième guerre mondiale.

Ces deux pavillons, à portique axial et parois d’aluminium, situés rue du Général Marchand au cœur d’un quartier ANRU sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Le Pavillon est demeuré la propriété de Vilogia qui en a lancé la réhabilitation en juillet 2012.

Objectif de la réhabilitation : préserver ce témoin des recherches, conduites après-guerre, sur le logement social et sur l’habitat modulaire et économique.

Vilogia fait donc appel à l’architecte roubaisien Jean-Charles Huet, qui a réhabilité le pavillon du 97 rue Général Marchand en 1996. Comme à l’époque, il s’associera au métallier Lucien Jedreski.

L’histoire de la réhabilitation du Pavillon Prouvé

Le Pavillon Prouvé de Tourcoing est composé de deux portiques métalliques centraux sur la poutre faîtière sur laquelle s’emboîte la toiture, constituée de bacs en aluminium. Ce système permet de réduire considérablement les porteurs et donc la perte de surface habitable en intérieur de cellule. Les panneaux de remplissage, les cloisons et les faux plafonds sont en aluminium.

À l’époque, la maison était montée avec quatre compagnons à l’exclusion de tout appareil de levage. Le niveau d’habitation est entièrement métallique avec des parements intérieurs bois, aluminium ou plâtre. La maison est construite sur une dalle surélevée en béton portée en périphérie et en partie centrale en parpaing creux. Le soubassement en gros œuvre servait de garage, d’atelier, ou de cave aux habitants.

Spacieux, conçus avec de larges espaces vitrés pour optimiser la lumière du jour, les pavillons de Tourcoing rompent avec la traditionnelle brique rouge locale : 8M X 12M de surface habitable à l’étage, avec 3 chambres, cuisine, salle de bains et WC séparés auxquels s’ajoute un sous-sol équipé d’un garage individuel et d’un atelier-cave. Ils auraient dû être produits à grande échelle mais l’Histoire et les promesses de commande non-tenues en ont décidé autrement…

Une mission sociale remplie pendant 60 ans

En dépit de leur caractère de « prototype » et conformément aux objectifs d’origine, le Pavillon du 95 rue Général Marchand abritera la vie de nombreux locataires pendant soixante ans avant que, rattrapé par les méfaits du temps, Vilogia n’en décide la restauration.

 

Partager :

S'abonner au flux RSS :

Mots clés associés à cet article :#Architecture #Patrimoine

Articles associés
Vos réactions

Laisser un commentaire