Masquer le menu

17 juillet 2017

Portraits de vie & de ville

Habitat participatif : un premier projet à Lille

Partager :

S'abonner au flux RSS :

L'habitat participatif séduit de plus en plus de Français et un nombre croissant de villes encouragent cette forme solidaire et engagée d’accès au logement. À Lille, Vilogia est le premier bailleur à initier l'expérience de l'habitat participatif. Lucile Fernandez, assistante chef de projet, en explique les enjeux.

Pourquoi Vilogia est-il engagé dans cette démarche ?

À l’origine d’un projet d’habitat participatif, il y a un groupe de citoyens qui se réunit pour concevoir leur futur lieu de vie et réfléchir ensemble à des espaces de vie communs intérieurs et extérieurs qui vont favoriser le vivre ensemble, l’entraide et le lien social. Dans le cadre du projet lillois, il s’agit de proposer une réflexion sur un nouveau « mode d’habiter » autour d’un programme mixte, composé de logements locatifs et de logements en accession sociale. Vilogia entend ainsi confirmer deux expériences plus anciennes, expérimenter de nouvelles formes d’habitat et porter une réflexion sur les modes d’habitat des familles, locataires et accédants à la propriété.

À SAVOIR :

Comment fonctionne un projet d’habitat participatif ?

Vilogia a réuni un groupe de familles intéressées par la démarche. Accompagné par un cabinet d’architectes et par le bailleur, le groupe se rencontre ensuite régulièrement au cours d’ateliers et de workshops pour réfléchir à un projet de vie personnel et collectif : organisation des espaces privatifs mais aussi des espaces communs partagés, intérieurs et extérieurs. Les futurs habitants s’approprient ainsi les décisions et responsabilités de l’acte de construire en tenant compte des besoins d’évolution et d’entretien de leur futur lieu de vie.

« Il faut pouvoir être dans la proposition, l’inventivité mais aussi dans le compromis. Vilogia joue un rôle d’accompagnateur et de facilitateur pour, au final, construire un projet avec les habitants »

Qui a initié le projet de Lille-Sud ?

Un appel à projet a été lancé par la ville de Lille en 2011, Vilogia y a répondu. Après une communication auprès des familles du parc locatif de Vilogia et grâce au bouche à oreille, le projet a été lancé pour 16 familles. Aujourd’hui, Vilogia est porteur du projet et centre de ressources au service de ces familles.

Le projet a démarré en janvier 2017. Quelles sont les prochaines étapes ?

La phase de concertation des habitants devrait durer jusqu’en septembre 2017, puis le permis de construire sera déposé. Le chantier devrait ensuite démarrer au cours du 2e trimestre 2018, avec une livraison et une installation dans les lieux au 3e trimestre 2019. Les deux parcelles se situent sur la ZAC Arras Europe, rue Marguerite Duras. Le projet prévoit du locatif social, onze appartements dans une petite résidence, et de l’accession sociale à la propriété avec cinq maisons individuelles. Un espace commun intérieur de 40m2 avec cloisons amovibles permettra aux habitants de pouvoir disposer d’une pièce polyvalente pour leurs fêtes de famille, d’une chambre d’amis ou de bureaux. Quant aux espaces communs extérieurs, ils seront composés d’une grande étendue verte : aire de jeux pour les enfants, potager partagé, outilothèque … Le groupe est encore en réflexion sur ce dernier sujet.

 

Habitat-participatif-2

 Comment parvenez-vous à impliquer les habitants ?

Le projet est mené par trois acteurs : les habitants, le cabinet d’architectes Archiae et l’équipe Vilogia. Les familles ont fait le choix de créer une association loi 1901. C’est leur projet, elles seront partie prenante jusqu’au bout. En accession comme en locatif, on entend leur volonté individuelle et si elle s’accorde avec la volonté collective, leur projet est validé. Il faut pouvoir être dans la proposition et l’inventivité mais aussi dans le compromis. Vilogia joue un rôle d’accompagnateur et de facilitateur pour, au final, construire un projet avec les habitants.

D’autres projets d’habitat participatif sont-ils initiés dans d’autres régions ?

Le projet de Lille-Sud ainsi que nos opérations historiques nous permettent d’établir une méthodologie. L’idée est de se servir de ces expérimentations pour proposer un accompagnement sur des projets initiés par des habitants ou de pouvoir répondre aux appels à projet des municipalités. Recréer du lien social est un enjeu fort. L’habitat participatif est un outil de la concertation qui intéresse toutes les grandes métropoles

Quelles sont les clés du succès d’un tel projet ?

Pour réussir, ce projet doit être pensé et configuré par le biais d’un travail collaboratif entre le bailleur et les futurs habitants. Nous veillons à ce que les habitants qui s’y inscrivent comprennent la difficulté du projet mais ne la ressentent pas. Le rôle de Vilogia est de préparer suffisamment les choses pour qu’ils puissent s’approprier le projet et en être pleinement acteurs. Ce projet est également le fruit d’une forte volonté politique de la ville de Lille, moteur sur le sujet avec la Métropole Européenne de Lille, en partenariat avec l’association Eco habitat groupé Nord-Pas de Calais.

DE QUOI PARLE-T-ON ?

L’idée de l’habitat participatif s’est développée depuis plusieurs décennies dans le nord de l’Europe. En France, l’habitat participatif dispose désormais d’un cadre légal depuis l’adoption de la loi ALUR en 2014. Cette loi pour l’accès au logement a permis de fixer les règles juridiques qui manquaient à ce type d’habitat encore expérimental. Malgré tout, la France a encore beaucoup de retard par rapport à certains de ses voisins européens comme l’Allemagne et les pays scandinaves, où l’habitat partagé représente près de 20% du parc immobilier.

Pour en savoir plus : consultez le site internet dédié à l’habitat participatif

Partager :

S'abonner au flux RSS :

Mots clés associés à cet article :#Habitat #Habitatpartagé #Habitatparticipatif #Innovation #Innovationsociale

Articles associés
Vos réactions

Laisser un commentaire